bertha_boxcar_boxcar_bertha_1972_diaporama

Le hobo doit être un artiste et créer spontanément, non d'après un thème qu'il va puiser dans ce que lui offre sa riche imagination, mais suivant le thème qu'il lit sur le visage de l'individu qui ouvre la porte : homme, femme ou enfant, bourru, généreux ou avare, enjoué ou méchant, juif ou chrétien, noir ou blanc, qu'il ait ou non des préjugés de race, qu'il ait l'esprit large ou mesquin. J'ai souvent songé que c'est à cet entraînement particulier de mes jours de vagabondage que je dois une grande partie de ma renommée de conteur. Pour me procurer de quoi vivre, il me fallait inventer des histoires vraisemblables. Quand on frappe à une porte de cuisine, poussé par l'inexorable nécessité, on acquiert le don de convaincre et de faire naître l'émotion sincère, qualités qu'on trouve toujours à l'œuvre chez les plus grands spécialistes de le nouvelle. Je crois aussi que c'est mon apprentissage de clochard qui a fait de moi un réaliste. Le réalisme est la seule denrée présentable à la porte de la cuisine pour obtenir quelque pitance.

 

Jack London,

La Route.